samedi 24 décembre 2016

Notes de silence


Arvo Pärt - Summa for Strings


Arvo Pärt - Tabula Rasa - Ludus


Arvo Pärt - De Profundis

dimanche 18 décembre 2016

Madregoth


« Mais je n’ai jamais eu que "l’esprit de l’escalier", qui contredit tout à-propos. » (Paul Flat, Souvenirs d’avant-guerre, pour servir après, Plon-Nourrit, 1916, p. 47-48)

Madregoth / מדרגות — escalier(s) (hébreu) : un ange sans doute, un ange qui passe dans un silence, où l'on naît trop tôt ou trop tard…

dimanche 11 décembre 2016

Anges


“Les hommes sont des anges stagiaires.” Victor Hugo

samedi 10 décembre 2016

Chrétiens oubliés


"La disparition des chrétiens d'Orient est une catastrophe de civilisation" (Jean-François Colosimo)

À lire ici : Le monde des religions, hors série : "Les christianismes oublies" - n°27, décembre 2016

dimanche 4 décembre 2016

21 martyrs

Nikola Sarić - Holy Martyrs of Libya

samedi 3 décembre 2016

Mages


Bruce Lincoln, Politique du paradis, Religion et empire en Perse achéménide, Genève, Labor et Fides, 2015 | Recension Libresens n°228, nov.-déc. 2016, p. 9

Bruce Lincoln nous conduit en Perse achéménide, au milieu du Ier millénaire av. J.C., pour nous faire découvrir le rôle de la dynastie royale/impériale dans la religion mazdéenne, et notamment dans la fonction qu'y trouve la notion de « paradis » comme expression microcosmique de l'empire visant à une extension universelle en vue de l'établissement d'un règne heureux généralisé.
Si le matériau mythique est mazdéen, Lincoln conteste qu'on puisse lui imposer « la catégorie "zoroastrisme" » selon « une définition exagérément restrictive » : pour cela, « si nous décidons qu'il est nécessaire d'invoquer, – ou du moins de mentionner – le nom de Zarathustra, alors il s’ensuit que Cyrus, Darius et leurs héritiers ne peuvent être considérés comme zoroastriens » (p. 20).
Cela nous conduit à interroger la relation entre prophétie, sacerdoce et empire quant à la gestion du religieux/politique. On pense au parallèle biblique et au rôle religieux de la dynastie davidique, en vis-à-vis du sacerdoce lévitique ou des interpellations prophétiques.
Il n'est pas jusqu'à l’avènement de Darius, donné comme quatrième moment de la création, « fait » par Dieu / Ahura Mazda (p. 28), qui n'évoque l’intronisation du Messie davidique : « je t'ai engendré aujourd'hui » (Psaume 2, 7).
On retrouverait aussi des parallèles ultérieurement en chrétienté avec, par exemple, pour n'en donner qu'un seul, la fonction sacerdotale de la dynastie capétienne « ointe ».
Autant de réflexions qu’inspirent l'ouvrage de Lincoln, dont le moment le plus précisément décrit est celui de l'emploi du mot perse « pari-deiza » (une de ses différentes acceptions dans les diverses langues de l'empire). L'ennemi grec des achéménides a retenu ce terme désignant le jardin achéménide, que l'on retrouve jusque dans la version grecque de la Bible des LXX, « paradeisos » pour désigner le jardin (« gan » en hébreu) d'Eden, devenu de là notre « paradis ». Le fait que les Grecs, de religion juive en l'occurrence, qui ont traduit la Bible des LXX aient choisi ce terme venu du persan en dit sans doute long sur la proximité intellectuelle et religieuse judéo-persane, connue comme s'exprimant aussi de l'angélologie à la doctrine de la résurrection.
Pour terminer par un clin d’œil, peut-être moins sérieux, les échos qu'éveille ce livre érudit : si parmi les porteurs de l'image du paradis comme modèle d'une visée universaliste, on trouve aussi des rois, les monarques mazdéens, de cette religion qui est aussi celle des Mages, n'aurait-on pas trouvé là la trace des fameux Rois-Mages de la tradition chrétienne – suite à Matthieu qui ne parlait pas de rois, mais juste de Mages – venus visiter le roi des Judéens « engendré aujourd'hui » (Ps 2, 7), terme de la Création ?!

RP

vendredi 2 décembre 2016

Portraits


Yves Antoine, Héros et rebelles du monde noir. De l’Afrique aux Amériques, Paris, L'Harmattan, 2016 | Recension Libresens n°228, nov.-déc. 2016, p. 19

À travers une série de portraits de résistants opposés aux pratiques coloniales, de l'esclavage transatlantique à l'apartheid, de l'Afrique aux Amériques, Yves Antoine fait apparaître des hommes en leur humanité, en leur leur sens de leur dignité. Des hommes connus, de Nelson Mandela pour le plus réputé, à Thomas Sankara, en passant par Joseph Cinque, rendu célèbre par le film Amistad de Steven Spielberg. Des hommes moins connus, et qu'Yves Antoine nous fait découvrir.
Parlant de l'histoire universelle de cette résistance, Yves Antoine, Haïtien vivant au Québec, francophone, laisse de côté l'histoire récente des États-Unis, ne présentant ni Martin Luther King, ni Malcom X, ni Angela Davis (il réfère toutefois à la réalité plus ancienne, avec des figures comme Nat Turner).
Il s'attache plus particulièrement à nous présenter des figures proches d'aspects de l'histoire de France qui ne sont pas les plus connus. Si le nom de Toussaint Louverture, par exemple, résonne comme un nom familier, il était utile de nous présenter son œuvre, indissociable de l'avènement concret d'une civilisation mondiale se réclamant des Droits de l'Homme. Cette civilisation, dont le passage de la théorie du droit à sa réalisation concrète est toujours en gestation, trouve en effet un archétype de cette gestation dans la figure de Toussaint Louverture dont Aimé Césaire avait montré à quel point il est incontournable dans le processus de l'avènement d'une société où les Droits humains ne soient pas une simple formule. Quand la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen pose en 1789 que tous « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » (art. 1), il faut la révolte d'un Toussaint Louverture et de ses pairs pour que la République française en tire les conséquences concrètes, en abolissant l'esclavage en 1794, soit cinq ans après la proclamation de la théorie – cela suite à l'exigence de liberté des esclaves révoltés… Tandis que Toussaint finira emprisonné au Fort de Joux dans le Jura après la guerre consécutive au rétablissement de l'esclavage par Napoléon Bonaparte, avant que Haïti n'obtienne son indépendance, au prix fort.
Demeure pour notre actualité la question de la concrétisation des grandes affirmations du Droit dont les « Héros et rebelles du monde noir » sont autant d'acteurs qu'il est utile de découvrir portrait par portrait.

RP

jeudi 1 décembre 2016

Brazil

Terry Gilliam - Brazil (1985)

"La compétition [...] est [...] celle du mimétisme et de l'envie, ce poison des sociétés modernes, uniformisées, indifférenciées." (B. Maris, G. Dostaler, Capitalisme et pulsion de mort, Pluriel, p. 103 / référant à Keynes et Girard)

"La culture contient le mal et le capitalisme a fait qu'il est impossible de les dissocier." (B. Maris, G. Dostaler, ibid., p. 137)